Les poissons migrateurs

L’Institution Adour assure l’animation de l’élaboration et de la mise en œuvre du plan de gestion des poissons migrateurs (PLAGEPOMI) du bassin de l’Adour et des cours d’eau côtiers. Dans ce cadre elle porte aussi, par exemple, la reconstitution de la population de saumon par la réduction de la pêche et par l’alevinage.

Partenaires financiers :

Poissons migrateurs

Contribuer à gérer une richesse fragile

Le bassin de l'Adour abrite une large gamme d’espèces de poissons migrateurs, qui y trouvent des milieux de reproduction, d'abri ou de croissance, mais les activités humaines portent atteinte à la disponibilité, à l’accessibilité ou à la fonctionnalité de ces milieux. La gestion des poissons migrateurs consiste, entre autres, à restaurer ces populations et leurs milieux de vie continentaux, et à permettre la coexistence des usages sans mettre en péril la pérennité des espèces.

Agir sur plusieurs fronts

L'Institution Adour intervient à plusieurs niveaux :

  • l’animation de la mise en œuvre du plan de gestion pluriannuel de ces espèces, dans le cadre d'une convention quadripartie signée pour la période 2008-2012 entre l'Agence de l'Eau Adour Garonne, la Direction Régionale de l'Environnement d'Aquitaine, l'Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques et l'Institution Adour;
  • la participation aux diagnostics préliminaires et à la définition du cadre général des interventions;
  • la mise en œuvre opérationnelle des programmes, la coordination de la maîtrise d'ouvrage et du financement d'actions d'intérêt général;
  • la contribution au bilan des programmes et à l'évolution des politiques.

L’intervention de l’Institution Adour dans ce domaine est placée principalement sous l’égide du Comité de Gestion des Poissons Migrateurs (COGEPOMI) du bassin de l’Adour et des cours d'eau côtiers. Elle est mise en œuvre avec la collaboration des différents acteurs du bassin et le soutien financier de divers partenaires, à un niveau européen, national, régional et local.

Des résultats encourageants mais des préoccupations persistantes :

Trois espèces migratrices font l'objet d'attention particulière dans le bassin :

  • le saumon, qui a vu sa situation se redresser très nettement grâce aux efforts collectifs menés, depuis une dizaine d'années, pour la reconstitution de cette espèce ;
  • l’anguille, dont la situation n'est pas aussi critique dans ce bassin qu'ailleurs, mais qui soulève tout de même des inquiétudes ;
  • la grande alose, dont la situation est devenue préoccupante en termes d'abondance et de colonisation dans le bassin.
<title>haut_de_page_03 [Converti]</title>
Institution Adour