Les inondations sur le territoire dacquois

Le secteur de Dax a été identifié comme territoire à risque important (TRI) pour l'aléa débordement de l'Adour et du Luy en application de la Directive 2007/60/CE dite «Directive Inondation».

D'une manière générale, le bassin de l'Adour a conservé une vocation rurale marquée, tout en suivant les tendances nationales à l'urbanisation. Le secteur Midouze/moyen Adour, jusqu'à la limite de l'Adour maritime, est constitué d'un habitat peu dense et d'un tissu dispersé d'entreprises de transformation des productions primaires agricoles et forestières (scieries, papeteries, industries agroalimentaires). Sur certaines communes soumises au risque d'inondation, le taux de population réellement exposée peut être faible. Toutefois, les villes landaises de taille moyenne (Mont-de-Marsan, Dax, Aire-sur-l'Adour) sont exposées. Ce constat est particulièrement vrai pour la cité dacquoise à forte population saisonnière (curistes) dont certains secteurs riverains sont très vulnérables.

Ainsi, les inondations confrontent le territoire à des problématiques humaines, économiques et d'aménagement auxquelles les collectivités devront apporter des réponses en élaborant en premier lieu une stratégie locale qui sera ensuite déclinée en plan d'action (un PAPI).

Partenaires financiers

Membres de l'Institution Adour cofinanceurs

<title>haut_de_page_03 [Converti]</title>

Le programme d'action de prévention des inondations

PAPI de l'agglomération dacquoise